Ces échecs qui ont changé ma vie

échecs

Je suis persuadée que les échecs et les erreurs ne sont qu’une façon de construire sa vie, et ne laissent place qu’à de belles choses positives. Pendant longtemps, je me focalisais uniquement sur le négatif, je savais que lorsque quelque chose de bien m’arrivait, il finirait toujours par m’arriver quelque chose de mal. Un peu comme si un mauvais karma voulait se venger de mon bonheur.

Pourtant, avec le temps, j’ai appris à voir le positif dans chaque moment ou événement. Et parfois même en cas de tristesse, de deuil ou d’événements bouleversants, le positif est là à attendre dans un coin qu’on le remarque.

J’ai décidé de revenir sur les plus gros échecs de mes 25 premières années de vie. Ces événements qui m’ont fait pleurer, qui m’ont fait désespérer, et qui aujourd’hui, avec du recul, m’ont apporté les plus belles choses que je possède.

À lire aussi : Comment devenir vous aussi positif ?

J’ai redoublé

Je n’ai jamais été une excellente élève. Comme la plupart, j’ai toujours fait partie de la team « assez bien mais peut mieux faire« . Comme d’habitude, on se concentrait toujours trop sur les matières où je n’excellais pas plutôt que celles où j’étais à l’aise.

Arrivée au collège, en 4ème, j’ai eu des problèmes de santé assez sérieux qui m’ont fait manquer de nombreuses heures de cours. La plupart du temps, j’arrivais au moment des examens, et j’étais donc perdue depuis longtemps (comment ça il y a des « x » et des « y » en math ? C’est pas censé être des chiffres ?). À la fin de l’année, ma prof de SVT, prof principale (un amour ♡) m’a fait part de la volonté de mes profs de me faire redoubler. LE CHOC. Je n’avais jamais pensé que je pouvais redoubler, et surtout, j’avais les préjugés qu’une élève de 13 ans peut avoir sur la question : « redoubler c’est pour les nuls » « je vais perdre tous mes amis » « ma vie est fichue ».

Le positif : Après avoir tenté de me battre pour ne pas redoubler (malgré mon 6,5 de moyenne générale), j’ai fini par accepter cette sentence avec une boule au ventre. Je suis arrivée chez « les petits » avec qui je n’avais parfois que 6 mois d’écart, et là … J’y ai rencontré le meilleur des personnes qui existent sur Terre. Ces personnes qui, 12 ans après, font toujours parti de ma vie, de mon quotidien et qui me connaissent par coeur. Je reste aujourd’hui persuadée que cet événement a changé ma vie, et les réactions en chaine qui en ont suivi ont été magnifiques.

J’aimerais réellement remercier ma prof de SVT de cette année là qui a su m’accompagner à travers toutes les démarches et qui s’est assuré que j’étais bien intégrée dans ma nouvelle classe. Avec bienveillance, elle m’a permis de commencer une nouvelle vie, si bien entourée.

échecs

Je n’ai pas été acceptée dans le lycée que je voulais

Après avoir passé deux années merveilleuses au collège avec tous mes nouveaux amis, arrive la période des attributions des lycées. Je n’en voulais qu’un. Celui à côté de chez moi. Tous mes amis y allaient et j’allais retrouver mes amis « d’avant » mon redoublement. Je n’avais pas le choix, je devais y aller. Et j’ai été refusée.

Un second coup de massue. J’allais devoir faire 30 minutes de métro tous les jours, pour aller dans un quartier que je n’aimais pas, dans un lycée où je ne connaissais qu’une personne. La mort. J’y ai donc fait ma rentrée et j’ai rencontré une classe formidable. Toutefois, je n’ai pas abandonné. Le lycée à côté de chez moi m’attendait. J’ai fait toutes les démarches en compagnie de ma Maman, et au bout d’une semaine de cours : j’ai été acceptée.

Le positif : Le positif de cette histoire n’est pas juste le fait que j’ai été acceptée. J’ai été acceptée avec du retard. En quoi ça change l’histoire ? J’ai été affectée à une classe qui n’était pas faite pour moi. Mes options ne correspondaient pas à l’emploi du temps. Aucune personne ne faisait de l’allemand dans ma classe. Clairement, si j’avais été acceptée directement dans ce lycée, je n’aurais pas été dans cette classe. Et pourtant cette classe a changé ma vie. Pourquoi ? Déjà parce que j’ai passé une super année avec une de mes meilleures amie, que je connaissais depuis déjà 10 ans. Et parce que j’y ai rencontré un garçon. LE garçon, qui au début ne m’intéressait pas trop, et qui 10 ans plus tard partage toujours ma vie.

Sans cette « erreur de parcours » je l’aurais sans doute croisé, j’aurais peut-être pu lui parler une ou deux fois. Mais je suis persuadée que ça n’aurait pas été plus loin.

Je me suis fait larguer

Eh oui. Ça arrive ! Après 3 longs mois (héhé) de relation, je me suis faite larguer. J’ai rencontré un jeune homme en classe de seconde avec qui je suis sortie pendant 3 longs mois. Avec du recul, notre relation de jeunes adolescents était assez mignonne, mais ne correspondait à aucun de nous deux.

Ce jeune homme a donc fini par me quitter. Deux fois. Oui parce qu’une fois que notre histoire avait pris fin, nous avons appris à mieux nous connaitre, et nous sommes repartis sur 3 autres mois qui ont fini de la même manière que la première fois. Sur le coup, ça faisait parti de mes plus gros échecs.

Le positif : À partir de ce moment là, j’ai appris à mieux me connaître. Certes, j’avais grandi, mais je voulais savoir ce que je voulais, pour moi, pour mon couple et pour la manière dont je voulais être traitée. Cette expérience m’a fait grandir, et bien qu’on dise qu’il ne faut jamais ressortir avec son ex, je lui ai laissé sa chance. Pour une troisième fois. Et comme moi, il avait grandit, changé, muri.

Et croyez le ou non, mais 7 ans après, je suis toujours avec ce jeune homme rencontré en seconde, en classe de physique-chimie. Et nous sommes aujourd’hui persuadés que sans cet histoire, nous aurions pas la relation que nous avons aujourd’hui. L’un comme l’autre, nous avons souffert de l’absence de l’autre, et nous chérissons cette relation.

Aujourd’hui, je l’aime encore plus qu’il y a 7 ans, ou qu’il y a 10 ans. Et ça n’aurait pas été possible sans ces ruptures difficiles.

échecs

Je me suis trompée dans mon orientation en étude sup’. Deux fois.

Oui, c’est ce qu’on appelle : prendre son temps. Durant mes études, j’ai toujours rêvé de faire du cinéma, du vrai. Être derrière les caméras, être réalisatrice, faire du montage … J’en ai rêvé pendant 10 ans. Tout au long de mon lycée, j’ai visité toutes les écoles de cinéma d’Ile de France.

Et quelques semaines avant les inscriptions définitives, ma mère a été catégorique : je ne pourrai pas faire une école privée. Je me suis donc rapidement tourné vers l’université et je me suis inscrite en 1ère année de cinéma à la Sorbonne Nouvelle. Une année affreuse. J’ai fini par valider mon année, et le jour de la rentrée de ma seconde année : j’ai refusé d’y aller. C’était beaucoup trop dur pour moi, je n’aimais ni les cours, ni les profs, ni les locaux et la vie universitaire avait été un peu trop dure pour moi ! Une déception de plus dans la liste d’échecs.

J’ai donc travaillé pendant 1 an, et j’ai ensuite décidé de m’inscrire en psychologie. J’ai été acceptée à l’université de Toulouse, comme je le souhaitais, et me voila dans la plus belle ville de France. Je fais des études très intéressante mais … je ne sais pas vraiment ce que je fais là. Certes, j’apprends pleins de nouvelles choses, j’ai grandi, j’ai appris à mieux comprendre l’humain … mais pas à savoir ce que je voulais faire plus tard !

À lire aussi : Mes conseils pour reprendre ses études.

Le positif : de ne pas être bien en fac de cinéma à Paris m’a poussé à travailler pendant 1 an, d’avoir une expérience professionnelle, de passer mon permis de conduire et surtout de déménager pour reprendre des études à l’autre bout de la France.

Ma licence de psychologie a été très intéressante d’un point de vue personnel, j’ai pu apprendre de grandes choses, et surtout : je me suis ennuyé. Ce qui m’a permis de reprendre mon blog, de découvrir la communication et surtout de savoir dans quel domaine je souhaitais réellement travailler : le digital.

Les échecs forgent une vie, et je ne tournerai pas le dos à ces événements qui m’ont permis d’être qui je suis aujourd’hui. Racontez-moi vos plus beaux échecs ! Ceux qui vous ont changé, vous ont forgé. Je suis curieuse de connaitre vos plus beaux échecs.

Suivre:

2 Commentaires

  1. 22 février 2020 / 8 h 43 min

    Magnifique partage d’expérience qui prouve que tout ce qui nous arrive dans la vie a un sens et sert un plus grand but que celui que l’on peut percevoir à l’instant T.
    J’ai moi aussi quelques anecdotes dans ce genre là, ça pourra faire l’objet d’une prochaine vidéo d’ailleurs… Alors merci pour l’inspiration.
    Je te souhaite le meilleur dans tous les domaines.

    • Sophie_Desb
      Auteur
      13 avril 2020 / 0 h 31 min

      Je suis contente d’avoir pu t’inspirer ! en effet, je pense qu’il n’est pas toujours facile de voir le positif d’une situation, mais pourtant il y en a !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

.
%d blogueurs aiment cette page :